© Carmen Ezgeta

  Postoji sigurno netko
           Tko me jednom ubio
             A zatim otisao
           Na vrhovima prstiju,
           Ne narusivsi svoj savrseni ples

         Zaboravio me poloziti u krevet
  I ostavio me da stojim
       Svezana cvrsto
           na putu
           Sa srcem zarobljenim kao i prije
         S ocima nalik
           Na njihov odraz u vodi jos cist

           Zaboravio izbrisati ljepotu svijeta
         Oko mene
         Zaboravio sklopiti moje oci gladne
       I dopustio im tu pustu strast

Il y a certainement quelqu'un
   Qui m'a tuée
     Puis s'en est allé
         Sur la pointe des pieds
           Sans rompre sa danse parfaite

               A oublié de me coucher
                 M'a laissée debout
                     Toute liée
                       Sur le chemin
                           Le coeur dans son coffret ancien
                             Les prunelles pareilles
                                 A leur plus pure image d'eau

                                   A oublié d'effacer la beauté du monde
                                       Autour de moi
                                         A oublié de fermer mes yeux avides
                                             Et permis leur passion perdue

Anne Hébert